MESURE DE L'ENCRASSEMENT

VALORISATION DE LA RECHERCHE :

Les sondes que nous développons sont issues de travaux de recherche menés conjointement par l’École des Mines d’Albi-Carmaux et le GRETh Grenoble.

PRINCIPE DE MESURE :

Le phénomène d’encrassement interne ou externe à la conduite, induit une modification des conditions limites en paroi entraînant ainsi une variation des échanges thermiques qui sont détectables par ce type de sonde.

Nos sondes se substituent à un tube d’échangeur classique sans créer de pertes de charges. Elles sont destinées à détecter la présence d’entartrage dans le cas d’une circulation d’eau ou d’encrassement particulaire dans le cas des fumées (perspective d’application : encrassement biologique).

DEUX APPROCHES DIFFÉRENTES :

SONDE ACTIVE

Cette sonde est dotée d'un film chauffant permettant de produire localement une perturbation thermique (excitation) et de thermocouples pour en mesurer la réponse. Ce type de sonde est sensible à l'encrassement global qui se forme en paroi externe ou interne du tube.

Film chauffant positionné dans un des tubes constitutifs de la sonde.

La sonde active est adaptée aux échangeurs de chaleur eau/air, air/air ou eau/eau et plus particulièrement pour des échanges thermiques et des niveaux de température faibles.

Exemple de sonde active.

SONDE PASSIVE

La sonde passive est destinée à déterminer le profil d’encrassement particulaire à sa surface externe par identification des conditions pariétales.
Ce type de sonde est adapté aux échangeurs à courants croisés eau/air pour lesquels les échanges thermiques sont importants.

Exemple d’application d’une sonde passive pour la détermination de l’encrassement particulaire dans un échangeur tubulaire d’une chaudière collective

SYSTÈMES D'ALIMENTATION, DE CONDITIONNEMENT ET DE PILOTAGE :

APC 8 voies autonome: Pilotage jusqu’à 8 sondes, calcul intégré au module

APC 1 voie: Pilotage d’une sonde, calcul déporté dans un PC